AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Libre | To young to die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mamba
Messages : 127
MessageSujet: Libre | To young to die.    Lun 28 Nov - 18:56



“To young to die.”



Un élève & Cam'




Cameron était arrivé il y a quelques jours dans la plus grande école de magie au monde : Uagadou. Le garçon avait tout quitté, et tout laissé derrière lui à Londres, avec sa famille pour venir s’installer en Afrique, en Ouganda. Le climat politique était devenu beaucoup trop instable, et les Campbell avait pensé d’abord à la sécurité de leur fils. Voilà pourquoi le jeune homme avait débarqué ici, dans un nouveau continent et dans une nouvelle école. Franchement, pour lui, c’était un dépaysement total pour plusieurs raisons. Déjà le climat, bien que cela soit cliché de dire qu’il pleut tout le temps en Angleterre, c’est quand même très souvent le cas. Alors forcément, ça contraste beaucoup avec la chaleur du nouveau continent. Cameron avait donc mis ses grosses vestes au placard, pour dire bonjour à des tee-shirt et des shorts. Inutile de trop se couvrir ici, lui qui n’avait déjà pas vraiment l’habitude, il avait l’impression de mourir de chaud à chaque fois qu’il portait un petit pull. Il n’y avait pas que ça au final. Tout était tellement différent. C’était vraiment un choc des cultures. Quand il était arrivé pour la première à l’école de magie, il avait été surpris et surtout monstrueusement effrayé. Quelle idée de voyager jusqu’à l’école sur un dragon. On lui avait bien précisé qu’il était apprivoisé, mais ça n’avait pas empêcher le jeune Cam’ de fermer les yeux et de trembler comme une feuille pendant tout le trajet. Savourant le fait d’être en vie quand il foula pour la première fois le sol de l’école, il n’était quand même pas au bout de ses surprises. Car dans la tête de Cam, Uagadou était une école africaine, certes, mais il pensait juste retrouver une copie de son école à lui Poudlard. Pour le coup, il s’était bien trompé. Car tout était tellement différent, qu’il avait même du mal à trouver des similitudes.

Le voilà qui se réveille donc dans sa petite hutte après sa première nuit passée ici. La veille au soir, il avait dû passer par une étape très importante : la répartition. Et avait été finalement envoyé chez les Mamba. Cette répartition avait été totalement folle pour lui. Alors déjà, il s’était quand même senti un peu mal à l’aise à la vue de sa tenue. Il respectait les traditions, et savait qu’il devait s’habituer à sa nouvelle école, mais une robe aux couleurs criardes, c’était quand même aux antipodes de sa tenue à Poudlard. Et puis il avait dû danser. C’était une étape obligatoire dans la cérémonie. Le garçon avait observé pendant quelques minutes les autres élèves le faire. Et franchement ils bougeaient tous bien, fluidement et joliment. Comme s’ils avaient la danse dans la peau, et comme s’ils avaient fait ça toute leur vie. Franchement, le petit anglais était vraiment impressionné. Encore plus quand ce fut à son tour de passer. Ca paraissait tellement simple quand c’était les autres qui s’y collaient. Mais quand il dû bouger son corps, il sentit bien que ce n’était pas si facile que ça. Pire il était totalement ridicule. Ses pas étaient brouillons, et son corps avait du mal à se laisser aller au rythme de la musique. Bref, il était vraiment le gros cliché de l’Européen qui ne savait vraiment pas danser. Il avait eu honte quand même. Surtout que stressé, il regardait en permanence autour de lui, et avait vu des gens rigoler.

*T’inquiète, ils se foutaient pas totalement de ta gueule. Quoi que … En même temps il y avait de quoi rire. On aurait dit un robot qui essaie de danser la salsa.*

Ouais enfin. Après ce moment de petite honte, Cam avait donc pu aller se coucher dans sa toute nouvelle maison. Les huttes étaient plutôt sympathiques, et à la limite plus conviviale que les dortoirs de Poudlard. Mais il se sentait quand même comme une mouche dans une ruche d’abeille. Franchement il avait l’impression de ne rien comprendre. Tout fonctionnait différemment, on lui avait même dit qu’il allait devoir abandonner sa baguette au fur et à mesure. Mon dieu, il allait surement flipper sa mère correctement pendant cette année scolaire. Mais s’il y avait bien quelque chose qui ne changeait pas dans sa tête, c’était son envie de bien faire. Il était quelqu’un de très travailleur et voulait toujours être le meilleur. Alors il savait qu’il allait bosser dur pour continuer dans cette voie. Pourtant il n’imaginait pas encore à quel point ça allait être dur. Car le pauvre garçon, même s’il était l’un des meilleur de sa promotion à Poudlard, il allait quand même devoir faire face à de nombreux problèmes : le fait de devoir apprendre à faire de la magie sans baguettes, et puis de tout nouveaux cours de magie dont il ne connaissait pas l’existence avant. Pour le moment, il avait encore un jour pour se préparer psychologiquement à reprendre le chemin des cahiers et des devoirs, et n’avait donc pas réellement commencé à stresser.

*Allez courage petit fayot ça devrait bien se passer quand même.*

Il marchait tranquillement dans les extérieurs. S’il y avait bien quelque chose dont il était impressionné, c’était la beauté du paysage. Franchement, les décors étaient magnifiques, à tomber par terre, tellement différent de ce qu’il avait l’habitude de voir. Cam pourrait s’assoir dans cette fontaine, et y rester pendant des heures et des heures. Mais alors qu’il continuait de se promener dans les jardins, il vit quelque chose. Et son cœur s’arrêta de battre pendant au moins une seconde (oui il exagère, c’est très européen). En effet, devant lui, à quelques mètres, se trouvait un tigre. Genre pas un gros chat, non, non, non, un vrai tigre. Le genre d’animal super méchant que tu vois sur les télévision moldu. Cam s’arrêta donc net, pensant que s’il ne bougeait pas la bestiole n’allait pas le remarquer. Mais quand le monstre posa son regard sur lui …

– HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA AU SECOURS MAMAN !

S’époumona-t-il avant de prendre ses jambes à son coup et essayer de se barrer le plus loin possible de l’animal sauvage. Il ne prenait même pas la peine de regarder derrière lui si le monstre le suivait. Il avait bien trop peur que cela le ralentisse et qu’il finisse dans l’estomac du gros matou. Non mais quelle idée pourrie il avait eu de venir s’exiler en Afrique, là où il y avait pleins d’animaux sauvages et méchants.

Il courrait donc encore et encore et finalement, essaya de jeter un coup derrière lui. Chose idiote. Bon il avait vu que la bestiole ne le suivait pas. Mais ne regardant plus devant lui, il était rentré de plein fouet dans quelqu’un. La force du choc le fit tomber par terre. Mais il se releva très vite tellement terrorisé par ce qu’il venait de voir dehors. Sans même s’excuser ou remarquer réellement à qui il parlait, il commença à débiter une suite de mots très rapidement.

– Un gros tigre. On va se faire bouffer. Mais pourquoi vous avez des animaux capables d’engloutir des tonnes de viandes présentes dans cette école. Je suis pas venu ici pour me retrouver dans l’estomac d’un gros monstre carnivore.

Il avait dit ça à toute vitesse. Franchement la personne devant lui ne devait pas réellement comprendre ce qui était en train de se passer. Ou alors, cette personne allait vraiment le prendre pour un taré. C’était un mauvais plan pour se faire des potes dans tous les cas.

*Petit européen fragile.*



par humdrum sur ninetofive


Ça vous est déjà arrivé de faire un rêve qui avait l’air si réel, qu’en vous réveillant vous ne savez plus à quoi vous fier ? Que feriez vous si tout ce que vous croyez vrai était faux ? Et si tout ce que vous croyez faux était vrai ? ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sokwe
Messages : 134
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    Lun 28 Nov - 20:08


Ha, les européens !
Cameron Campbell et Driss Mwana
Driss était le mec le plus heureux au monde. Le mec qui avait un sourire presque tout le temps affiché sur son visage et aujourd'hui il était encore plus heureux parce qu'il était revenu à Uagadou. Non pas qu'il n'appréciait pas passer ses vacances chez ses parents, mais cela faisait vraiment du bien de lâcher un peu ses responsabilités de grand frère quand il rentrait à l'école. Le seul mec au monde à être heureux quand il retourne en cours, on pourrait sans doute le prendre pour un fou. D'autant qu'il y avait eu pleins de nouveaux cette année avec cette migration européenne qu'il y avait depuis deux ans déjà. Du coup il était tout sourire, il avait revu ses potes, mais il avait surtout vu toutes ses nouvelles têtes complètement perdus dans cette nouvelle école si différentes de Poudlard. Parce qu'on avait dû le briefer lorsqu'il était revenu à Uagadou. En effet l'école de magie en Angleterre était loin d'être comme celle de l'Afrique. Déjà ils utilisaient des baguettes magiques. Des baguettes, ouais, genre des trucs en bois qui étaient composés d'élément animal et qui grâce à ça pouvait faire jaillir la magie. C'était vraiment très étrange pour Driss. Il savait pourtant qu'Uagadou, les directeurs avaient tentés d'utiliser cette chose pour faire de la magie, mais voyant les étudiants ne pas l'utiliser, ils avaient abandonnés l'idée. En soit il était très dur de faire de la magie avec les mains, mais les professeurs les aidaient beaucoup en première année afin qu'ils puissent développer cette capacité. Et puis le nions pas, les sorciers Africains étaient beaucoup plus avantagés comparés aux européens. Driss ne comprenait pas toujours pourquoi les anglais l'utilisaient toujours. C'était une sorte de canaliseur de ce qu'il avait compris, il ne voyait que ça. L'enseignement à Uagadou était plus dur, mais une fois cet aspect maitrisé, il était beaucoup plus facile de faire de la magie : un claquement de doigt pour se transformer en animal et le tour était jouée. Driss était donc très heureux d'être né dans cette civilisation que les européens trouvaient étranges. Et puis il s'y était habitué en trois ans et essayait de faire son possible pour que les nouveaux comprennent les différents mœurs de Uagadou. C'était déjà très hilarant de les voir danser lors de la cérémonie de répartition. Les africains avaient toujours utilisé la danse comme pour canaliser au final, c'était inné pour eux, il suffisait simplement de se concentrer sur la musique qui les aidait à danser le mieux possible. Driss en avait vu passer des nouveaux depuis qu'ils faisaient sa présentation. En général, il était plusieurs lorsqu'ils leur présentaient l'école et entre ceux qui étaient émerveillés par l'établissement et ceux qui avaient une peur bleue de danser ou d'abandonner leur précieuse baguette, Driss s'amusait bien à leur faire gober un peu tout et n'importe quoi. Il s'était fait réprimander, mais en général les nouveaux s'en sortait pas trop mal.

Quoiqu'il en soit Driss était arrivé bien plus tôt que les autres à l'école, enfin que certains et il avait prit ses aises dans sa petite hutte qu'il partageait avec d'autres mecs de Sokwe. Mais il avait l'intention d'aller se balader, un peu partout dans l'école au cas où il pourrait une âme en peine. Son familier, un calao, Furaha, avait bien envie de le suivre aussi, même si en tant qu'oiseau il ne pourrait pas être d'une grande aide. Driss s'habilla donc d'un t-shirt et d'un short et balança sa sacoche fétiche sur le dos. Et comme s'ils se comportaient comme un roi, il s'en alla pour traverser le pont de corde. Il était amusant de voir les européens flipper à l'idée de devoir traverser le vide sur un pont qui semblait tout sauf être solide. Driss se souvenait qu'il avait eu peur au début aussi, mais il s'y était habitué comme tout le monde. Les ponts étaient solides, ils résistaient au temps et au poids, ils étaient magiques. Quoiqu'il en soit, le jeune homme continuait à marcher sur ce pont tout en sifflant, observait de temps en temps la vue que lui offrait cette hauteur. Il ne fallait pas avoir le vertige, mais voir le parc qui se trouvait autour de la plateforme principale ou même le toit de ce fameux bâtiment c'était super beau. Driss n'avait jamais rencontré quelqu'un qui avait le vertige, en général on leur donnait quelque chose pour éviter ça pendant quelques temps puis on leur disait d'affronter leur peur. Et ça fonctionnait plutôt bien. Driss arriva donc dans le parc et Furaha se posa sur son épaule. L'oiseau pesait une tonne, mais au final le jeune homme y était habitué et puis il utilisait un sort d'allègement pour éviter de trop se faire mal. Le garçon sokwe prit un autre pont de corde et arriva dans l'aile ouest du bâtiment principale. Et il chercha, il chercha longtemps quelqu'un à aider. Il trouva une première année européen qui avait l'air perdu et ne savait pas où trouver son dortoir. Driss l'emmena donc jusqu'au pont de corde de chez les mamba afin qu'il puisse y retourner. Bien que le garçon avait l'air apeuré à l'idée de traverser le pont de corde, Driss le rassura en lui disant que le pont pouvait supporter un éléphant. Bon il ne précisa pas un éléphant miniaturisé, ce qui le fit sourire. Et tout heureux qu'il était il retourna chercher quelqu'un à aider. Dans le parc peut-être qu'il pourrait trouver quelqu'un. Et alors qu'il s'avançait dans le hall d'entrée, il fut brutalement bousculé par un européen qui devait avoir a peu près son âge. Driss ne tomba pas, mais Furaha prit la fuite. Le blanc était tombé par terre, mais comme s'il n'avait pas le temps de languir sur le sol, il se releva rapidement et hurla au garçon sokwe qu'il y avait un tigre. Il comprit les mots bouffer, viande, estomac et carnivore. Driss se dit que ça n'avait aucun sens, et essaya de trouver une logique à ce que l'autre venait de dire. Puis réfléchissant à ce qu'un animal sauvage pouvait faire là, il se rendit compte que l'européen ne devait pas être au courant de cet aspect de Uagadou. Driss se mit à rire. « Il y a pas de tigre à Uagadou. T'as dû rencontrer un animagus. Tu sais ce que c'est un animagus rassure-moi ? » Regardant de plus près le jeune homme qui lui faisait face, il eu la sensation de déjà vu. « Attends je t'ai déjà vu, toi ! C'est Macaron c'est ça ? » Driss et les prénoms, ça faisait deux.

electric bird.


Let's have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mamba
Messages : 127
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    Lun 28 Nov - 21:00



“To young to die.”



Un élève & Cam'




Quel stress. Franchement dans la tête de Cameron, tout était un peu confus. Il ne s’était pas imaginé une école de la sorte. Parce qu’Uagadou était quand même un énorme changement pour lui qui avait passé six ans à Poudlard, en Angleterre. L’Afrique et l’Europe ça n’avait réellement rien à voir. Bon il aurait très bien pu s’en douter, avant de débarquer, certes. Mais les choses s’étaient faites tellement rapidement qu’il n’avait pas eu le temps de réellement y penser au final. Cam avait été totalement choqué et apeuré de ce qu’il se passait à Poudlard, de ce que le membre professoral leur faisait subir. Et sa dernière punition avait été la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. Le sortilège doloris était quelque chose de totalement indescriptible, cette douleur que l’on ressent quand on le subit, et les pensées qui l’accompagne. Sincèrement, Cameron avait prié pour simplement mourir à ce moment-là, tellement la douleur était insupportable. Cette pensée paraissait très extrême mais il s’était dit, sous l’emprise de sortilège, que la mort pouvait le libérer de cette souffrance. Finalement le sortilège avait été stoppé. Il était retourné chez ses parents traumatisés, et les avait suppliés de faire quelque chose. Sa mère avait discuté avec son père toute la nuit. Et le lendemain la décision était prise, ils allaient déménager le plus loin possible de ce pays de malheur. Ils avaient donc décidé de poser leur valise, ici en Afrique. Ses parents avaient intégré le Ministère de la Magie, et ils avaient envoyés leur fils dans l’école de magie la plus renommé : Uagadou. Cette école était une seconde chance pour la famille. Ils pouvaient repartir de zéro dans un endroit où la mort et la torture n’étaient pas partout. Cam était donc arrivé dans cette école plein d’espoir, plein d’envie. Oui il avait laissé sa vie derrière lui en Angleterre, et maintenant il devait écrire un tout nouveau chapitre. Il était heureux et en même temps un peu stressé par l’inconnu qui lui faisait face.

Et le garçon n’était certainement pas au bout de ses peines. Il avait donc survécu à la répartition, plutôt étrange. Oui parce qu’à côté des Africains, à Poudlard ils étaient quand même sacrément soft au niveau de la répartition dans les différentes maisons. Mais bon, Cam ne jugeait en aucun cas une culture différente de la sienne, il était juste un peu perdu et perplexe. La nouveauté avait tendance à ne pas trop le rassurer. L’endroit où les élèves dormaient, était plutôt sympa et cosy. C’était des petites huttes avec six lits, une petite salle de bain, et une petite pièce pour mettre les animaux. Comme Cam avait été réparti chez les Mamba, il dormait avec cinq autres garçons de la même maison. Comme à Poudlard, ils étaient séparés. Cam avait eu le temps d’apercevoir quelques filles plutôt mignonnes pendant la cérémonie mais n’avait pas vraiment pu leur adresser la parole pour le moment. Il se rattraperait surement plus tard. Cette pièce faite pour les animaux était originale. De ce qu’il avait compris, les animaux partageait leurs esprits avec leurs propriétaires. Le genre de truc hyper étrange que Cam n’avait pas bien saisi. Genre ils peuvent parler à leurs bêtes par transmission de pensées ou comment ça se passe ?

*T’imagines l’oiseau le prévient « j’ai bien envie de me soulager sur la tête d’un européen là ». Trop drôle.*

Cam s’était ramené avec son animal de compagnie : son vieux rat qui s’appelait Truffe. Ouais parce que quand ses parents lui avaient offert cet animal en première année, il avait quand même une sacrée tête de vainqueur. Genre en mode « t’es vraiment une truffe toi ». Enfin bref peu importe. Il laissé son rat dans cette pièce, mais n’avait pas la moindre envie de partager son esprit avec cet idiot. Son rat ne savait que boire, dormir, manger, et mordre tous ceux qui avaient le malheur de l’approcher, Cam y compris.

Le jeune homme avait donc décidé de se promener ce fameux matin, et était parti dans les extérieur. Parce qu’il faisait beau, et qu’il voulait profiter de la beauté des paysages. Bon il lui avait déjà fallu passer le pont à cordes. Et franchement ça avait été un sketch. Heureusement que personne n’avait été là au même moment. Non mais les Africains sont fous ou alors ultra courageux. Parce qu’ils avaient quand même mis un pont volant, qui visiblement avait subi la guerre, vu l’état, en seul moyen de passage entre l’école et les mots où ils dormaient. Cam se demandait s’il n’y avait jamais eu de mort avec ce truc d’ailleurs. Enfin. A peine arrivé dans le parc, ou du moins une bonne dizaine de minutes après, le jeune homme croisa quelque chose qui le terrifia. Un tigre. Mon dieu ça y est il allait mourir. Non il était trop jeune, ça ne pouvait pas se finir comme ça. Alors il prit ses jambes à son coup en gueulant très fort, et en appelant sa mère, comme si celle-ci allait pouvoir l’entendre. Dans sa course il percuta un mec. Si lui tomba sur le sol, le gars était encore debout.

*Indestructible le mec. Il va te prendre pour un fragile.*

C’était un élève de l’école. Cam était tellement paniqué qu’il essayait du mieux qu’il pouvait d’aligner une phrase correcte. Il la débita à toute allure. En balançant qu’ils allaient se faire bouffer par un tigre. Il ne voulait pas mourir de cette façon.

Le mec totalement détendu (ouais c’est pas comme si Cam venait de lui dire qu’un tigre était sur le point de les bouffer non plus) se mit à rire. Puis il lui annonça calmement qu’il n’y avait pas de tigre à Uagadou. Ouais genre il allait lui faire croire qu’il s’était fait courser par un gros chat, tant qu’il y était. Puis il continua en lui apprenant qu’il avait dû rencontrer un animagus. C’est une blague ? Genre les bestioles ultra effrayantes qui peuvent te dévorer sont accepter en tant que métamorphose humaine dans cette école. D’ailleurs c’était pas une école de magie, mais l’école de la mort plutôt. Il lui demanda même s’il savait ce qu’était un animagus.

– Tu me prend pour un teu-be ?

Alors ça c’était sorti instinctivement de la bouche de Cam sans qu’il ait pu le retenir. Ouais le garçon avait parfois du mal à tourner sa langue dans sa bouche avant de parler. Il n’avait pas réellement de filtre, et souvent il parlait avant même de penser. Mais là le mec quand même, il venait de sous-entendre qu’il était stupide. Il était quand même le premier de sa classe à Poudlard, c’était limite une insulte pour le coup. Bon après ce garçon ne le connaissait pas, il ne pouvait donc pas le savoir. Mais européen ne voulait pas dire qu’il ne connaissait rien.

– Oui je sais ce que c’est. Mais on va dire que j’ai plus l’habitude de voir des petits chats, des rats ou des chiens tout mignons. Pas des bestioles qui peuvent t’arracher le bras en un claquement de mâchoire.

Finit par rajouter le jeune homme. Il ne voulait pas que son interlocuteur se sente quand même agressé par ses premières paroles. Il commençait à découvrir petit à petit les différences entre son école Poudlard, et cette toute nouvelle école Africaine, et franchement ça le faisait flipper. Parce que tout était quand même très effrayant ici. Et puis comme Cam n’était pas connu pour son courage à toute épreuve.

Et finalement le garçon lui annonça qu’il l’avait déjà vu. Cam réfléchit un instant. Ouais ce mec, il le connaissait. Enfin connaître était un bien grand mot, mais c’était lui qui lui avait fait visiter l’école quand il était arrivé la veille. Puis il l’appela par un nom étrange. Macaron ?

*Genre comme les gâteaux ?*

– Cameron, en fait. Mais tu peux m’appeler Cam’ si t’as pas de mémoire.

*Cam, je sais que c’est pas méchant ce que tu dis, mais fais attention à ta façon de parler quand même. TU AS BESOIN D’AMI ALORS NE FAIS PAS FUIR LES GENS.*

– Et toi Driss ? Genre Driss de Nice ?

*Franchement, je m’en vais très loin, je ne veux pas être associé à cette blague pourrie que seul toi va comprendre.*




par humdrum sur ninetofive


Ça vous est déjà arrivé de faire un rêve qui avait l’air si réel, qu’en vous réveillant vous ne savez plus à quoi vous fier ? Que feriez vous si tout ce que vous croyez vrai était faux ? Et si tout ce que vous croyez faux était vrai ? ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sokwe
Messages : 134
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    Mar 29 Nov - 14:09


Ha, les européens !
Cameron Campbell et Driss Mwana
Ha les européens ! Driss n'avait rien contre eux, mais ça lui faisait très étrange de voir la différence de culture qu'il pouvait y avoir entre eux. Ils avaient des coutumes bizarres, c'était vrai comme la baguette magique ou alors les maisons ç poudlard qui était reparti par un vieux chapeau. Un chapeau qui parlait et pouvait lire dans votre esprit ou un truc du genre, c'était ce que Driss avait compris. Mais il ne comprenait pas pourquoi tout ce qui se trouvait à Uagadou faisait peur aux gens venus d'Angleterre. Entre le pont suspendu, ou le fait de devoir abandonner leur baguette, chose qui semblait inimaginable pour eux, ou encore devoir danser pour être repartis dans une maison. Le pire étant qu'ils pouvaient avoir peur des animaux que les Africains utilisaient comme familier. Pourtant, c'était bien pratique de pouvoir partager son esprit avec des animaux. Car après tout on le leur apprenait depuis qu'ils étaient arrivés à l'école, cela semblait normal, cela permettait de développer certaines capacités comme une bonne ouïe ou une bonne vue, puisque si on se mettait à la place de l'animal on pouvait accéder à leur qualité inhumaine. Driss savait qu'à Poudlard les élèves avaient le droit d'avoir un animal de compagnie, mais c'était hyper restreint selon lui. Des chats, des hiboux, des crapauds, des rats. A la différence de cette école de magie, Uagadou était une vraie animalerie. C'était logique puisque l'enseignement se basait énormément sur la relation qu'on pouvait avoir avec les êtres vivants, avec le côté nature du monde. Driss aimait bien voir les animaux, ils avaient notamment assez de place dans le parc pour gambader comme ils le souhaitaient ou pour voler selon leur avis. Et bien sûr qui disait communions avec la nature, disait aussi métamorphose, l'une des matières de prédilection de Uagadou. L'école leur apprenait depuis le début non pas seulement à partager l'esprit avec un animal, mais aussi à devenir comme eux. Il fallait énormément de temps pour pouvoir réussir à se transformer et rester dans cette peau pendant plusieurs heures, notamment un esprit solide. Les premières années s'en sortaient pas trop mal, mais ce n'était qu'au bout d'un moment qu'ils arrivaient à rester des animaux. Il n'était pas étonnant de voir de nombreux élèves devenir des animagi, avec beaucoup d'entraînement, il était possible de demander aux professeurs de le devenir. Ainsi les Nyanni aidaient ces élèves dans leur envie de pouvoir se changer en animaux quand ils le souhaitaient. Et pour le moment Driss se trouvait face à un européen qui ne devait pas avoir l'habitude de voir ce genre de transformation, puisqu'il était en panique à l'idée qu'un tigre veuille le bouffer. Il venait de le bousculer et la musculature de Driss ne l'avait pas fait tomber, mais l'européen avait rapidement repris ses esprits en lui déblatérant une phrase incompréhensible. Ainsi Macaron, puisqu'il croyait que c'était son nom, pensait vraiment qu'un tigre, un animal dangereux pouvait être présent dans l'établissement. C'était stupide. Driss lui demanda s'il connaissait l'existence des animagi. Cela semblait tellement logique pour le jeune homme que peut-être ce n'était pas le cas pour le blanc qui se tenait en face de lui. Celui-ci ne sembla pas apprécié que le garçon Sokwe, lui pose ce genre de question. Il lui demanda alors s'il le prenait pour un idiot, ou te-bé comme il disait, ce qui fit sourire Driss. Mais l'européen se rattrapa rapidement, pensant surement qu'avec cette phrase agressive il avait dû froisser le jeune africain. Il en fallait plus pour que ce soit le cas. Macaron lui expliqua donc qu'il savait ce que c'était, mais qu'il avait plus l'habitude de voir des chats, des rats ou des chiens. Des rats ? Driss fit eu une grimace de dégoût. « Etre un rat ? Beurk ! Vous êtes étranges à vouloir ressembler à ça vous. Je préfère être un tigre plutôt qu'un rongeur. » Un rat c'était sale, ça mangeait n'importe quoi. Driss ne voulait vraiment pas ressembler à ça.

Driss se rappela alors ce visage d'européen. Ouais il l'avait aidé lorsqu'il était arrivé à Uagadou, il y a quelque jour. C'était un vrai nouveau, il était normal que cela lui paraisse bizarre de croiser un tigre. Driss qui pensait que l'européen s'appelait Macaron, lui expliqua alors qu'il' l'avait déjà vu. Mais le blanc ne semblait pas très heureux d'être comparé à un gâteau. Après tout, les macarons c'était bien européen non ? Et vu le nom que lui annonça le jeune homme, cela se ressemblait un peu. Cameron. Cam', s'il n'avait pas de mémoire. Driss conserva son sourire. Il ignorait si l'européen était froid parce que le jeune africain galérait avec les coutumes de Poudlard, ou alors si c'était son caractère. « Cam' ça me va, c'est vrai que c'est mieux comme prénom que Macaron. » Ouais d'un côté qui pourrait appeler son enfant comme le nom d'un gâteau ? Driss aurait dû réfléchir un peu avant de parler, ce n'était pas logique. Mais on voyait tellement de prénom bizarre des fois que peut-être des adultes, complètement fan de macaron aurait voulu que leur enfant porte le même nom. On ne pouvait pas savoir. Cameron sembla vouloir le blesser à son tour, ne se souvenant pas du prénom du garçon sokwe. Il l'appela Driss de Nice ? De nice ? c'était une insulte européenne ça ? Un gâteau ? Une endroit ? Le jeune africain était un peu paumé. « Driss de Nice ? C'est quoi ça "de Nice ?" » Il prononça les derniers mots avec une difficulté de prononciation. Quoiqu'il soit, Driss devait expliquer à Cameron ce qu'il en était de la métamorphose en animaux, comme les animagi ou autre transformation. « Pour en revenir à notre affaire, si tu vois un tigre à Uagadou, il t'attaquera pas et puis t'auras qu'à lancé un sort de protection ou de miniaturisation si besoin. » Les professeurs utilisaient un sortilège qui transformait l'animagus en bébé de l'animal, et il restait bloqué pendant un moment comme ça. Mais c'était si simple dans un coup de mains de lancer un sortilège de protection ou de miniaturisation. Ha mais c'est vrai que les européens avaient des baguettes magiques, ils devaient la sortir pour pouvoir lancer un sortilège. « Mais je comprends que ça doit pas être logique pour vous qui utilisait vos baguettes, il faut que vous la sortiez de votre poche, du coup vous courrez quoi. » Les européens devaient être vachement doué en sport, vu qu'ils fuyaient à chaque fois pour avoir une chance de sortir leur baguette. Après Driss n'avait jamais combattu avec une baguette, peut-être que les blanc l'utilisaient pas tout le temps non plus ou alors ils l'avaient toujours en mains, genre au cas où. « Mais en soit, c'est courant ici de savoir se métamorphoser et c'est trop cool. » rajouta le jeune sokwe, et il avait bien l'intention de le lui montrer. Il agita sa main dans un moulinet parfait et balança la formule « Metamorphosis ... Calao. » D'un coup il se changea en un oiseau très coloré, identique à Furaha, même s'il était beaucoup plus volumineux niveau plume. Son familier pensa dans l'esprit de son ami qu'il appréciait cette transformation. Driss se promenait donc sur ses serres, montrant sa métamorphose à Cameron. « Vas-y à toi, choisit un animal et dis la formule. » balança l'oiseau.

electric bird.


Let's have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mamba
Messages : 127
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    Ven 2 Déc - 18:18



“To young to die.”



Un élève & Cam'




Bon dieu. Pauvre petit Cam qui se retrouvait désormais dans une nouvelle école, tellement différente de son ancienne. Poudlard et Uagadou étaient deux écoles de magie. Mais finalement, elle n’avait pas tant de chose que ça en commun. En venant ici, finalement, l’ancien Poufsouffle pensait retrouver un deuxième château très similaire à celui qu’il avait quitté. Mais il avait eu bien tort car cela n’avait strictement rien à voir. En effet, l’école Africaine avait sa propre image. Les lieux étaient tous magnifiques, il fallait bien leur donner ça. Cam était toujours impressionné par ce qu’il voyait, car réellement le paysage était somptueux. Dans le parc, il pourrait y rester des heures. Tout d’abord il y avait le jardin des familiers : un endroit où les petits animaux de compagnies des élèves pouvaient se balader tranquillement en liberté. Des animaux très exotiques pour le garçon britannique avec beaucoup d’oiseaux très colorés. Son rat faisait un peu tâche avec les volatiles. Mais bon. Ensuite, il y avait cette cascade. Le garçon pourrait s’assoir et l’observer pendant des heures. Il en prenait plein les yeux à chaque fois qu’il s’y rendait. Quelle bonne idée d’en avoir mis une juste ici. D’ailleurs, ça donnait réellement envie de se baigner. Et comme il faisait souvent chaud dans ce pays, il n’aurait pas le problème de fraicheur. C’était une bonne chose, même si la peau de Cameron avait du mal à s’habituer au soleil, ayant plus l’habitude du temps pluvieux d’Angleterre. Il allait surement s’attraper un bon nombre de coup de soleil avant que sa peau puisse réellement s’habituer à ce changement climatique. Les petits monts, où se trouvaient les différentes huttes des maisons, étaient très agréables aussi. Oui franchement, pour ce qui était de l’architecture et des paysages, Cameron aimait beaucoup son nouvel environnement. Il n’aurait surement pas pu rêver mieux. Les couleurs étaient loin d’être triste ou terne, comme il en avait l’habitude.

Par contre, il y avait encore quelques désagréments. Et oui aucun endroit ne pouvait être totalement parfait. S’il n’y avait rien à redire pour ce qui était du décors, Cam avait quand même du mal avec tous ces changements. Il était arrivé seulement hier mais avait déjà vécu quelque chose de très intense : sa répartition. Qui n’avait finalement eu rien à voir avec celle qu’il avait eu en première année à Poudlard. Tout était tellement plus fou, plus dansant, moins stricts. Incroyable. Même s’il s’était surement tapé la honte plus d’une fois pendant cette soirée. Il avait également appris qu’il allait devoir apprendre à faire de la magie sans baguette. Pour un garçon comme Cameron, qui misait tout son talent sur son instrument de magie, ça allait être quand même très compliqué. Il n’avait pas réellement envie de lâcher sa baguette. C’était ça qui lui donnait confiance en lui. C’était son doudou, l’extension de sa propre main. Alors lui retirer ? Ça le stressait beaucoup. Et même si les professeurs avaient été plutôt sympathique avec lui, en lui disant qu’il aurait du temps pour l’abandonner, il avait quand même peur que ce moment arrive un peu trop vite à son goût.

*Comment ça se fait qu’ils peuvent faire un tour de magie en agitant la main d’ailleurs ? C’est chelou cette histoire.*

Mais le pire n’était pas encore arrivé pour le pauvre Cameron. Car tandis qu’il se promenait tranquillement dans le parc, il tomba nez à nez avec un tigre. Oui vous avez bien entendu. Une grosse bête féroce qui pouvait le dévorer en un claquement de dents. Courageux comme pas deux, Cameron prit immédiatement la fuite pour mettre le plus d’espace entre lui et le fauve. Il courut encore et encore, terrorisé par ce qu’il venait de voir. Il fonça dans un mec et tomba sur le sol. Il essaya de lui expliquer la situation en parlant très vite, dû à sa terreur forcément. Mais le garçon semblait avoir plus envie de se foutre de lui plutôt que de l’aider. Ah bah sympa l’accueil à l’école dis donc. D’ailleurs, ce gars le prit pour un demeuré en lui demandant s’il savait ce que c’était un animagus. Merci il savait très bien ce que c’était, il était allé à l’école depuis ses onze ans et n’avait pas débarqué de nulle part non plus. Il lui annonça donc qu’il savait quand même ce que c’était mais qu’il avait plus l’habitude de voir des chats, des chiens ou des rats. En clair des animaux plutôt inoffensifs en comparaison des fauves ici.

Le fameux garçon fit une grimace de dégoût. Cameron leva un sourcil interrogateur. Pourquoi cette expression ? Apparemment il trouvait ça totalement répugnant de vouloir se transformer en rat. Il lui balança qu’ils étaient étranges à vouloir ressembler à ça, et que lui préférait être un tigre plutôt qu’un rongeur. Bon lui non plus n’avait pas la moindre envie d’être un rongeur, ressembler à Truffe ? Non merci. Mais bon, il ne voulait quand même pas se promener et tomber face à ce genre d’animaux terrifiants.

– Enfin si tu croises un rat, t’es sûr qu’il va pas essayer de te manger en tout cas.

Répondit le jeune homme, en mode « ouais nous européens, on est pas dangereux au moins, ». Finalement ce fameux jeune homme se souvint de Cameron. C’était lui qui lui avait fait visiter l’école le premier jour lorsqu’il était arrivé. Bon, l’européen ne lui avait visiblement pas fait grande impression puisqu’il ne se souvenait même pas de son prénom. Il l’avait appelé Macaron. Bon franchement, Cam adorait ces petits gâteaux, ils étaient très bons. Mais de là à s’appeler comme ça, c’était quand même un peu ridicule.

Il reprit donc son camarade, et lui donna son véritable prénom. Il lui annonça qu’il pouvait l’appeler par son diminutif s’il n’avait pas assez de mémoire pour se souvenir. Franchement ça pouvait paraître un peu froid, vu de l’extérieur, mais Cam avait vraiment dit ça sans méchanceté aucune. Il parlait simplement comme il pensait, et ça pouvait être déroutant au début. Cam fit donc une petite blague sur le prénom du garçon en l’appelant Driss de Nice. Bon comparaison ultra stupide car le mec n’allait pas comprendre la référence. D’ailleurs il le reprit, lui demandant qu’est-ce que cela pouvait bien signifier.

– Non c’est rien, c’est une ville dans le sud de la France. Bref, c’était une blague t’inquiète. L’humour britannique !

Lança-t-il en rigolant. Finalement Driss revint très vite sur le sujet du tigre bouffeur d’homme. Il lui apprit que s’il voyait un tigre dans l’école, il n’allait pas l’attaquer, et si c’était le cas, il avait simplement besoin de lancer un sort de protection ou de miniaturisation.

*Ah oui super simple en effet.*

– Ah ouais … C’est vrai que le miniaturiser serait la première chose à penser avant de courir pour sauver sa vie.

Répondit-il en faisant un petit sarcasme pour taquiner son nouveau camarade.

– Mais merci du conseil.

Au moins, Driss, lui avait l’habitude de vivre dans cette école, il devait en connaître tous les secrets. Et s’il voulait bien les partager un peu avec lui, ça pourrait surement l’aider à ne pas être ridicule en permanence. Pauvre garçon.

Driss semblait comprendre que tout ça ne devait pas être facile pour les européens car ils avaient l’habitude d’utiliser une baguette pour faire de la magie, et que forcément ça prenait un peu de temps pour la sortir de la poche. Oui il n’avait pas tort. Et puis dans la panique, Cam aurait surement perdu beaucoup de temps à chercher sa baguette. Alors il avait préféré choisir la solution de facilité et se barrer. Lui avait toujours appris à contrôler sa magie avec sa baguette, alors savoir que les gens étaient, ici, capables d’en faire sans l’impressionnait au plus haut point. Mais aussi l’effrayait un peu. Les sorts devaient être jeté plus rapidement, sans même que l’adversaire s’en rende compte finalement.

– Ouais ma baguette c’est ma vie.

Finit par balancer le jeune Cam. Si c’était peut-être un peu exagéré, il y avait quand même une part de vrai dans cette histoire. Car, une fois qu’ils avaient acheté leur baguette à la boutique d’Ollivander, les jeunes sorciers ne la lâchait plus. Ils ne sortaient pas sans elle. C’était presque un besoin, une façon de se sentir toujours protégé.

Le garçon africain trouvait donc ça trop cool de se métamorphoser, et apparemment c’était très courant ici. Bon grande différence avec l’apprentissage de la métamorphose à Poudlard. Car là-bas, il apprenait à changer des objets en autre chose, mais ne le faisait pas sur les humains, et encore moins sur eux-mêmes. Très rare étaient les gens qui se décidaient à devenir des animagus. Car c’était un procédé très long et très difficile. Visiblement Driss avait même envie de lui faire une petite démonstration sur le champ. Il agita sa main et prononça une formule magique. Et il se changea d’un coup en un oiseau très coloré. Cameron avait désormais de grands yeux ronds, et la bouche ouverte tellement il était impressionné qu’un gamin de son âge puisse faire une chose pareille. Mais d’un autre côté, Cam était quand même stressé et mal à l’aise de devoir désormais parler à un volatile. D’ailleurs l’oiseau lui annonça que c’était son tour et qu’il devait choisir un animal puis dire la formule.

*C’est d’une simplicité enfantile.*

Il était sérieux ? Comment voulait-il que Cam fasse la même chose. Alors déjà c’était pas facile de faire un moulinet en tenant sa baguette. Devait-il essayer sans ? Ok bon c’était partit surement pour une bonne dose de ridicule encore une fois.

– Metamorphosis … Chien.

Boum badaboum crac. Un vase qui était tout prêt explosa. Oula quelle horeur, déjà le sortilège n’avait pas du tout fonctionner, mais en plus de ça, il avait réussi à casser quelque chose. Non la magie sans baguette n’était définitivement pas faite pour lui.

– Je suis doué en magie, en vrai. J’étais parmi les premiers de ma promo à Poudlard.

Annonça le garçon, comme pour se trouver une excuse à sa nullité du jour. Son camarade était toujours un oiseau d’ailleurs, et c’était étrange.

– Tu veux pas redevenir humain ? Ca me stresse de parler à un piaf !

Lança-t-il en rigolant.




par humdrum sur ninetofive


Ça vous est déjà arrivé de faire un rêve qui avait l’air si réel, qu’en vous réveillant vous ne savez plus à quoi vous fier ? Que feriez vous si tout ce que vous croyez vrai était faux ? Et si tout ce que vous croyez faux était vrai ? ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sokwe
Messages : 134
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    Dim 4 Déc - 19:07


Ha, les européens !
Cameron Campbell et Driss Mwana
Driss était un garçon très particulier. Il trouvait beaucoup de choses amusant et prenait tout avec plus ou moins de légèreté. Inutile d'essayer de l'énerver, vous n'arriverez qu'à le faire rire. La seule chose qui l'agaçait c'était quand les gens étaient méchants avec les autres. Par exemple si quelqu'un frappait un élève, Driss en chevalier servant n'hésitez pas à venir défendre l'opprimé. C'était sans doute pour cela qu'il entretenait ses muscles, pour pouvoir défendre les autres par la force si besoin. Bien sûr il savait comment calmer quelqu'un avec les mots, mais cela pouvait faire du bien à certains de se prendre une bonne correction. Bref on n'embêtait pas vraiment Driss parce qu'on savait que ça ne servait à rien. Il défendait les autres, c'était tout peu importe qui c'était : élèves nouveaux venus, européens comme africains. Mais c'était encore mieux si celle qu'on embêtait une fille, il faisait ainsi office de chevalier servant. Oui comme beaucoup de garçons, Driss appréciait pouvoir défendre les jolies demoiselles en détresse et elle le lui rendait bien. Mais en ce moment elles avaient tous un faible pour le chocolat blanc qui arrivait en masse et le chocolat noir semblait trop amère à leur goût, trop gouté pour le moment. Donc Driss n'avait aucune petite amie, ni aucune fille qui semblait être suffisamment intéressante. Mais il s'entretenait toujours. C'était pour cette raison que lorsque cet européen se cogna à lui, il ne tomba pas sur le sol. Le gars qui était quant à lui tomber devait sans doute se dire qu'il s'était cogné à un mur ou alors que le sokwe pourrait le défendre contre le fameux tigre qui lui courrait après. Parce qu'il en s'agissait pas d'un vrai tigre, mais d'un animagus. Ils étaient tous recensé à l'école de Uagadou, tous les élèves savaient qui était qui exactement et en quoi il pouvait se transformer. Mais Driss pouvait comprendre que pour un nouveau venu ce n'était pas forcément l'éclate de se retrouver face à un animal aussi imposant avec des griffes à vous déchiqueter un bras ou un visage. Le petit européen était donc en panique. Mais Driss au lieu de se mettre en chevalier, genre "je vais battre le tigre" se moqua de l'européen en lui demandant s'il savait ce qu'était un animagus. Le Cameron vu que c'est ainsi qu'il s'appelait, il l'apprendrait plus tard, mais ça c'est pas grave, lui rétorqua que oui, mais qu'il ne voyait pas souvent des gens se transformer en tigre. Et Driss fit une grimace de dégout quand on lui parla de se changer en rat quand on le souhaitait. Beurk et double Beurk. Confrontation de culture, le jeune sokwe expliqua son incompréhension à l'envie de devenir un animagus rat. Cameron lui répondit simplement qu'au moins un rat n'irait pas le manger. « Ne sous-estime pas les rats. Déjà ils te mordent, ensuite s'ils sont nombreux, ils peuvent te bouffer et puis ça transmet des maladies et tout. » Le "et tout" n'était pas forcément une bonne explication, mais Driss ne connaissant pas trop les rongeurs savaient très peu de choses sur eux. Apparemment les élèves de Poudlard pouvaient en prendre avec eux comme animal de compagnie, c'est ce qu'il avait entendu et Driss se disait de plus en plus que les européens étaient bizarres. Un rat pour animal de compagnie, quelle étrange idée. Il ne manquerait plus que les sorciers blancs veuillent se lier avec un rongeur. Dément !

Ainsi le jeune homme qui lui était rentré dedans se prénommait Cameron. Driss avait eu du mal avec son prénom, l'appelant Macaron, parce que c'était une pâtisserie européenne. Mais il se rendit vite compte de son erreur. Cam' avait fait parti d'un des européens, nouveaux venus cette année, à qui il avait fait visiter Uagadou, essayant de lui faire comprendre certaine différence qu'il y avait entre Poudlard et l'école de magie africaine. Bon vu que Driss n'était pas un fin connaisseur de l'école en Angleterre, il avait fait ce qu'il pouvait. L'important c'était que Cameron semblait se souvenir de lui et pas en mal. Enfin Driss l'espérait. D'autant que le jeune sokwe n'avait pas franchement aider Cam à l'accepter avec la faute sur son prénom, comme s'il ne se souvenait pas de lui. En même temps il avait eu tellement d'élèves à qui il fallait faire la visite, que Driss n'avait pas prit le temps de tous les retenir. Il avait simplement fait son travail de préfet. Cameron lui rappela donc son prénom, lui disant qu'il pouvait le surnommer Cam au cas où sa mémoire flancherait. Cela pourrait être bien le cas. Cam c'était marrant comme surnom, cela faisait penser à une caméra. Comme une petite vengeance, l'européen lui lança une blague par rapport à son prénom, Driss de nice, que ce dernier ne comprenait pas. C'était quoi ça ? Nice : un endroit ? une insulte ? Une personne ? Il était un peu perdu et regarda donc le brun avec des yeux ronds, curieux, lui demandant ce que cela voulait dire. Cameron lui expliqua simplement que c'était une blague et que Nice était une ville du sud de la France, donc en Europe. Il rigola lui-même de sa culture en rajoutant ironiquement une phrase sur l'humour britannique. Drisse retrouva son sourire. « J'ai jamais été douée en géographie. Déjà retenir tous les pays de l'Afrique c'est compliqué. Et niveau humour, on n'est pas forcément mieux en Afrique tu sais. » dit-il comme un aveu. Lui il pensait que son sens de l'humour était plutôt bon mais peut-être que la différence entre l'Afrique et l'Angleterre était plus grande que ce qu'il pensait. Et en ce qui concernait la géographie, vu qu'il ne l'avait appri que lorsqu'il était petit, il en avait que de brève souvenir. Il savait où se trouvait les continents, mais pour le reste dire les noms c'était autre chose. Driss repartis sur son explication par rapport aux animagi, expliquant comment il fallait réagir, à Cameron qui préférait fuir que d'affronter la bête. L'européen répondit ironiquement que c'était forcément la première chose à faire. Pour Driss cela semblait logique, mais il oubliait toujours que pour l'anglais ce n'était pas forcément le cas. Bon Cam le remercia quand même pour le conseil. « De rien, et puis dis-toi que ce genre de réflexes ça viendra avec le temps. » répondit Driss comme un crétin heureux. Il souriait toujours. Cela pouvait être dérangeant à force, mais dans sa grande bonté, le jeune sokwe était tellement heureux de pouvoir aider qu'il oubliait d'avoir un visage un peu plus neutre.

Mais même si l'africain ne comprenait pas que cela puisse être dérangeant de voir quelqu'un sourire presque tout le temps, il semblait comprendre que pour les anglais ce ne soit pas facile de ne pas utiliser de baguette et de l'abandonner. Même s'il parlait plus d'une contrainte de l'avoir puisque les sorciers blancs devaient courir avant de sortir leur baguette magique et de lancer un sortilège. Cameron lui balança que sa baguette c'était toute sa vie. Genre sérieusement ? Driss était stupéfait devant de telle parole. Il ne comprenait pas cette relation qu'il pouvait y avoir entre une baguette et son maitre, le fait de la laisser choisir lors de leur première année à Poudlard, le fait de s'entraîner avec. Driss ne pouvait pas comprendre de telle parole. Pour lui c'était plus un accessoire pour faire jolie en société, parce que oui il en avait une quand même qu'il utilisait lors de cérémonie avec les européens afin d'éviter de leur dire "hé nous on fait de la magie sans baguette". Mais il n'était pas aussi attaché que ça, certes elle était jolie, c'était tout. Le jeune homme ne comprenait pas du tout alors comme si c'était une évidence, ce qui l'était pour eux il répondit à Cameron : « Il faudra l'abandonner à un moment mon pote. La baguette chez nous c'est plus de la déco, sans vouloir être méchant. » Ouais alors pour ne pas être méchant, il venait quand même de dire que la baguette faisait déco, à un mec qui venait tout juste de lui avouer que la sienne c'était toute sa vie. On pouvait faire mieux comme réponse.

La métamorphose humaine, encore quelque chose qui différait avec l'enseignement qu'il y avait à Poudlard. Là-bas, on le lui avait expliqué, les élèves apprenaient à transformer des choses, des animaux, mais pas eux. Driss trouvait ça tellement plus ennuyant que de se changer en animal quand il le voulait. Et il avait bien l'intention de montrer à Cameron que c'était agréable de pouvoir être l'animal que l'on souhaitait. Alors, le jeune homme devint un oiseau aux longues plumes colorées, un bec très bizarre et il se dandinait tranquillement devant l'anglais comme si c'était totalement normal. Ce dernier ne devait pas forcément être d'accord, probablement gêné de voir un élève se transformer aussi rapidement et aussi facilement. Driss avait mit des mois pour maitriser un tel sortilège et c'était l'un des plus basiques. Cela permettait parfois de se sortir de pas mal de situation. Se transformer en petit animal et on pouvait s'enfuir comme on le souhaiter. On pouvait voler quand on était en oiseau, griffer et dormir quand on était un félin. Bref c'était la belle vie selon Driss qui s'amusait à faire cela souvent pour voler avec Furaha. Le vol était un apprentissage puisqu'il n'était pas inné pour les sorciers, mais cela devait très facile au bout de quelques temps. Le jeune homme se souvenait encore des gamelles qu'il s'était pris en essayant de voler lors d'un cours. Driss demanda à Cameron de faire de même, de se transformer. Mais l'anglais tenta de se changer en chien et le sortilège s'en alla casser un vase à quelques mètres de là. L'oiseau qu'il était émit un petit ricanement. C'était un son très étrange quand on n'avait pas l'habitude du cri du calao. Cam' tenta de justifier son erreur en lui disant qu'il était doué en magie et qu'il était l'un des premiers de sa promo à Poudlard. Toujours devant lui sur ses serres, Driss bougea le bec de haut en bas. « Je te crois, mais c'était pas très concluant. » L'anglais ne semblait pas du tout apprécié la forme qu'avait prit l'africain, cette forme d'oiseau et lui demanda de reprendre une apparence humaine. Stressant de parler à un piaf. Driss en calao eut un petit sursaut en arrière, bougeant légèrement les plumes. « Pardon, mauvaise habitude. J'aime bien me transformer régulièrement en oiseau. » Il pensa très fort à la formule dans sa tête, ne pouvant pas bouger les ailes comme il le ferait avec les mains et prononça « Demétamorphosis. » . L'oiseau se transforma à nouveau en humain. Il sourit un peu gêné. Driss ne se rendait pas forcément compte que cela pouvait être dérangeant pour ceux qui n'avaient pas l'habitude, de parler à un animal. « Je pense qu'il faudra que tu t'entraînes, mais t'en fais pas c'est un sort très simple et dès que tu pourras y arriver, on essayera d'aller faire un tour dans le parc en étant animal. » Le jeune homme aborda soudain un rictus. Il avait une idée en tête. « Tu veux que je te montre ce que ça fait d'être un animal ? » Parce que si l'anglais avait rater le sortilège peut-être qu'il voudrait quand même tenter l'expérience animalière. Driss était près à le métamorphoser si Cameron disait oui. Suffisait simplement de son approbation.

electric bird.


Let's have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Libre | To young to die.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Libre | To young to die.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M/Libre) Jacob Young - Petit Protégé
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uagadou :: Uagadou :: Bâtiment principal :: Hall d'entrée-
Sauter vers: